Un patrimoine historique riche et varié

laudun01 Le site archéologique du Camp-de-César, dominant majestueusement le terroir, renferme une formidable ville gallo-romaine, dont les fouilles ont mis au jour plusieurs monuments importants, dont un forum, une basilique, une enceinte augustéenne. Près de 1000 ans d'histoire sont inscrits sur ce grand site de 18 hectares. Les recherches annuelles se poursuivent systématiquement afin de dégager peu à peu la structure urbaine de cette ville, occupée depuis le Ve siècle avant J.-C. et progressivement abandonnée vers le VIe siècle après J.-C.

Les nombreuses découvertes (objets de la vie quotidienne, céramiques, sculptures, art funéraire, etc...) sont présentées dans les salles d'exposition permanente du bâtiment de l'hôtel de ville à Laudun. Une présentation détaillée du Camp-de-César et de nombreuses données archéologiques viennent compléter la visite du grand site gallo-romain.

Eglise a Laudun lArdoiseLa période médiévale regroupe certains monuments phares tels que l'église
Notre-Dame-la-Neuve
de style gothique méridional (XIVe siècle) et
le château de Lascours (propriété privée), jadis vaste résidence des seigneurs de Laudun. Quelques chapelles romanes parsèment également le terroir.

La Renaissance a laissé quelques belles façades classiques, dont celles de l'Hôtel de Ville et
du château de Lascours.
La chapelle des Pénitents Blancs (XVIIe siècle) s'inscrit aussi dans cette grande période
de l'histoire de l'art.

Enfin la commune dispose d'un patrimoine que l'on pourrait qualifier d'industriel, depuis l'aqueduc de Balouvière (XIXe siècle), véritable et curieuse copie de taille réduite du Pont du Gard, jusqu'au port de L'Ardoise, vaste espace en bordure du Rhône ayant donné très tôt dans l'histoire, un des premiers relais de navigation sur le fleuve. De nombreux ponts, lavoirs, moulins témoignent également d'une vie intense sur le territoire de Laudun-L'Ardoise à cette époque.

Le Patrimoine naturel

patrimoine-naturel

Deux zones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) sont recensées sur la commune. Il s'agit de secteurs, inventoriés par le Secrétariat d'Etat à l'Environnement, qui renferment des espèces rares, menacées et protégées, souvent caractéristiques du Patrimoine naturel régional. Le recensement de ces zones a pour but principal d'informer les responsables de l'aménagement du territoire sur les préjudices irréversibles que certains projets pourraient causer à la nature.

Le premier secteur concerne l'embouchure de la Cèze sur 37 hectares qui se caractérise par son intérêt écologique remarquable. La seconde zone couvre le plateau de Lacau et ses abords sur une superficie de 628 hectares. Il s'agit d'un grand ensemble naturel, riche et peu modifié, qui offre des potentialités biologiques importantes.

Flore et faune

Les vallées aux terres fertiles sont cultivées de manière intensive. Le célèbre vignoble des Côtes du Rhône recouvre presque la totalité du territoire agricole communal. Le long de la Tave et de la Cèze, courent des rideaux d'arbres assurant la stabilité des berges. Ils sont formés le plus souvent de frênes, de peupliers et de saules. Quelques petits reliefs boisés animent le paysage en plaine et abritent principalement des chênes verts, des lauriers tins, des alaternes et des pistachiers.
Sur le plateau calcaire de Lacau on rencontre une végétation assez rase de garrigue, aux senteurs parfumées, typiquement méditerranéenne. Ainsi, prolifèrent le thym, la sarriette, l'euphorbe, le cyste cotonneux, le chèvre feuille, le chêne kermes, le buis et le cade. Quelques grands arbres animent le plateau comme les chênes verts, les chênes blancs et quelques pins d'Alep.

La vallée de la Tave et l'embouchure de la Cèze abritent une faune variée. Citons entre autres la sterne pierregarin, le plongeon imbrin, la guifette noire, le chevalier guignette, le cormoran, le héron cendré, le castor, le putois, etc...
Sur le plateau de Lacau, les falaises calcaires abruptes permettent la nidification de nombreuses espèces d'oiseaux comme le hibou grand duc, le circaète Jean-le-Blanc, la huppe fasciée et l'engoulevent d'Europe.
On y recense également la genette, la fouine et la salamandre tachetée. N'oublions pas le sanglier qui actuellement s'y multiplie.

Vallées et plateaux

La commune de Laudun-L'Ardoise est située à la confluence du Rhône, de la Cèze et de la Tave. La Cèze, rivière propice à la baignade, parcours les Cévennes avant de se jeter dans le Rhône à L'Ardoise.
Dominant la commune, le vaste plateau calcaire de Lacau forme une entité paysagère spécifique, délimitée par des falaises abruptes. Ce plateau, libre de toute occupation humaine, s'étend sur plus de 600hectares. C'est sur l'extrémité orientale de cet espace que s'est implantée la fabuleuse ville gallo-romaine du "Camp-de-César" vaste de 18 hectares et qui occupa les lieux durant près de 1000 ans.
Le bourg de Laudun est adossé contre le versant méridional de la colline de Sainte-Foy et domine majestueusement la plaine contenant un vignoble de haute qualité, avec des vins de renommées internationales.